Retour accueil 

THE  STRAIGHT PHOTOGRAPHY

 

The Straight Photography (ou photographie pure en français) est une prolongation de la photo-secession (le pictorialisme américain). Bien que les caractéristiques photographiques des deux mouvements diffèrent beaucoup, ceux-ci se voient rapprochés en la personne d'Alfred Stieglitz, personnage central de la photographie et de la scène artistique dans les premières années du siècle aux Etats-Unis. C'est par l'intermédiaire des publications de la revue Caméra Work, dirigée par Stieglitz, et plus particulièrement par les photos de Paul Strand, exposées en 1916 à la galerie "291", puis publiées dans les deux derniers numéros de la revue en 1917, que s'opèrent des modifications radicales dans les conceptions photographiques : Les rajouts de matières ou autres interventions sur l'image (et même sur le négatif) sont proscrits, la photographie doit être une composition générée par l'oeil du photographe et écrite par la lumière. Elle transcrit la réalité, mais possède sa propre spécificité plastique. Les thèmes sociaux ne sont pas du tout abordés. Les oeuvres deviennent très graphiques, parfois abstraites, et le moindre détail dans la chaîne de l'image photographique est scrupuleusement pris en compte. Les photographes travaillent dehors en lumière "naturelle" tout comme en studio !
En 1932, Edward Weston fonde en compagnie de Ansel Adams et de Imogen Cunningham, le groupe F64, du nom de la plus petite ouverture photographique (celle qui donne une précision extrême dans l'image). Le credo du Groupe F64 sera la rigueur dans la composition et perfection dans le rendu des tirages : Weston porte un nouveau regard sur l'objet et Adams sublime le paysage : La rigueur de leurs techniques photographiques produit une forme "d'épuration visuelle" de la réalité.           

 

 PAUL STRAND, Shadows 1916

 EDWARD WESTON, Shells 1927

 ANSEL ADAMS Monolith 1927

STRAND, Abstraction Shadows 1916

Edward WESTON, Shells 1927

Ansel ADAMS,  Monolith 1927

 

En Europe, et à partir de 1924, Rodchenko se rapproche  de certaines  préoccupations de la straight photography. Par des cadrages particuliers, des points de vue surprenants, ou par le jeu de contrastes lumineux, ses photographies expriment une nouvelle esthétique de l'image, à caractère graphique, dynamique et expérimental... Le moyen photographique s'apparente alors à un nouveau champ plastique et exploratoire de la réalité, qui servira beaucoup par la suite les recherches du Surréalisme alors naissant.

 

 CUNNINGHAM, Two Callas 1929

 ALEXANDER RODCHENKO, Téléphone 1928

 ALEXANDER RODCHENKO, Fille au leica 1934

CUNNINGHAM, Two Callas 1929

 RODCHENKO, Téléphone 1928

RODCHENKO, Fille au leica 1934

                                                                                                              

Retour accueil                                                                                                                                      Philippe Dufner -  Janvier 2006